www.mouhssine.1f1.net

Bienvenue sur le site-web de xXx*MOUHSSINE*xXx
 
الرئيسيةاليوميةس .و .جبحـثقائمة الاعضاءالمجموعاتالتسجيلدخول
يهنــــــئ الـمنتـــــدى النـــــاجحيــــن و يـتـــمنــــــــى لهـــــم التـــــــوفيــــــق فـــــــي السنــــة المقبلــــة
بحـث
 
 

نتائج البحث
 
Rechercher بحث متقدم
المواضيع الأخيرة
ازرار التصفُّح
 البوابة
 الصفحة الرئيسية
 قائمة الاعضاء
 البيانات الشخصية
 س .و .ج
 ابحـث
منتدى
التبادل الاعلاني
احداث منتدى مجاني

شاطر | 
 

 La planète des singes

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
Admin
Admin


عدد الرسائل : 39
العمر : 24
تاريخ التسجيل : 05/12/2008

مُساهمةموضوع: La planète des singes   السبت 13 ديسمبر - 8:38

La planète des singes



la planète des singes est un court roman, écrit dans un style dénué de toute fioriture, qui privilégie l’efficacité sur la formule littéraire. On adhère ainsi très vite et sans effort à l’histoire que l’auteur nous raconte. Le début du roman évoque d’ailleurs ces récits, fréquents aux XVIIIe et XIXe siècles, dans lesquels on découvre un message contenu dans une bouteille et qui narre d’incroyables aventures. Mais là, Pierre Boulle transpose ce procédé à l’ère de l’exploration spatiale : la bouteille et le message sont toujours là, mais ils sont découverts par un couple naviguant dans un voilier poussé par les vents solaires d’un système de trois étoiles. On retrouve d’ailleurs ce couple en conclusion du roman, pour une chute tout à fait saisissante...

Mais c’est le message proprement dit qui constitue l’essentiel du livre. Son auteur, Ulysse Merou, est un journaliste terrien qui a fait partie de la première expédition hors du système solaire, en compagnie du professeur Antelle, grand scientifique concepteur du projet, et d’un de ses disciples. Au bout d’un voyage de deux ans à une vitesse proche de la lumière, les trois hommes parviennent dans le système de Bételgeuse, et tentent l’exploration d’une planète semblable à la Terre, sinon dans sa géographie, au moins par ses conditions naturelles. Ils y découvrent des êtres humains particulièrement primitifs, disons même sauvages, incapables de parler comme de rire, et effrayés par tout objet fabriqué. Ce qui conduit ces derniers à détruire aussi bien les vêtements des terriens que la chaloupe spatiale qui les avait amené de leur vaisseau jusque sur le sol de la planète.

Devenus semblables physiquement à eux, les trois explorateurs se retrouvent également chassés par des gorilles -une scène particulièrement intense-, et Ulysse Merou est capturé tandis qu’un de ses compagnons est tué par balle. D’abord véhiculé dans un relais de chasse, où il assiste à une pénible séance de photos-souvenirs, il est ensuite amené dans une des villes singes et emprisonné dans une cage au sein d’un institut scientifique. Au fil de plusieurs tests et de tentatives faites pour communiquer, il parvient à s’attirer la sympathie de Zira, la chimpanzée responsable de lui, et de son fiancé, le savant Cornélius, et ce en dépit des réticences de Zaïus, un scientifique orang-outang conservateur. Finalement, Ulysse a l’occasion de s’exprimer devant un vaste congrès scientifique, retransmis au public, et parvient ainsi à être considéré comme un être pensant digne de prendre place dans la société évoluée.

On se rend compte, au fur et à mesure de la découverte par Ulysse de la société simiesque de la planète Soror, que celle-ci ressemble fortement à la nôtre. Le niveau technologique auquel elle est parvenue est semblable à celui de nos années 50 dans les pays développés (un satellite artificiel occupé par un homme a récemment été mis en orbite, mais a du être détruit suite à l’impossibilité de le ramener), avec une avancée moins poussée de la science, néanmoins. Voitures, avions, appareils-photos, feux de circulation, livres, cabarets, zoos, on retrouve des éléments tout à fait semblables à ceux qui existent chez nous (peut-être en partie par facilité de la part de l’auteur pour imaginer une autre civilisation). La société des singes est divisée en trois catégories, les gorilles (anciens seigneurs, spécialisés dans l’administration), les orangs-outangs (qui incarnent la science officielle) et les chimpanzés (intellectuels plus audacieux, semble-t-il), mais tous sont sur un pied d’égalité au regard de la loi. D’ailleurs, la planète Soror n’est pas divisée en nations antagonistes, mais dirigée par un triumvirat composé d’un représentant de chaque catégorie de singes, et par trois assemblées conçues sur le même principe. Ce qui pose problème à certains singes, en particulier chimpanzés, c’est le mystère de l’évolution. Ce n’est qu’il y a peu que la théorie d’une évolution progressive a remplacé celle d’une création divine (thèse défendue par un important penseur d’autrefois), et il semble que la civilisation simiesque, apparue il y a 10000 ans, n’ait pas connu d’évolution technologique majeure depuis. Une stagnation qui intrigue Cornélius. La découverte d’une ville enfouie dans les sables va apporter des éléments de réflexion supplémentaires : remontant à une époque antérieure à 10000 ans, elle possède un vestige en particulier qui bouleverse Ulysse et Cornélius, et pousse ce dernier à renvoyer l’humain en ville. Ce vestige, une poupée en porcelaine, est une poupée humaine, habillée, qui a en plus la particularité de dire « papa » (un mot que Pierre Boulle suppose être approximativement le même dans toutes les langues extra-terrestres).

De plus, par l’intermédiaire d’expériences menées sur deux cobayes humains, Cornélius et Ulysse parviennent à avoir accès, selon le principe d’une mémoire collective, d’une mémoire de l’espèce (principe dont l’application ici est particulièrement tiré par les cheveux, de même d’ailleurs que le retour inverse à l’état sauvage du professeur Antelle, beaucoup trop rapide), à des témoignages divers d’humains de la période antérieure à la domination des singes. L’on apprend donc que c’est par l’imitation des hommes en plein déclin créatif, dont ils étaient devenus les animaux domestiques, que les singes en sont venus à inverser le sens de la domination...

La naissance d’un fils, fruit de Ulysse et de Nova, une humaine sauvage de Soror, constitue néanmoins un élément aggravant pour les gorilles et les orangs-outangs : comment laisser en vie une nouvelle souche d’humains, potentiellement capables de renverser à leur tour la domination simiesque ? Ulysse lui-même se croit d’ailleurs investi d’une mission quasiment divine, se voyant comme un nouveau Christ venu sur Soror pour délivrer son espèce du joug. Finalement, grâce à la complicité de Zira et d’autres chimpanzés, Ulysse et sa petite famille parviennent à regagner leur vaisseau spatial et à partir vers la Terre, qu’ils retrouvent dans un état semblable à celui de la planète Soror... Illustration d’une histoire cyclique dans laquelle l’intelligence et le progrès seraient successivement portés par des races animales différentes, et ce sur toutes les planètes portant la vie (tout au moins une vie humanoïde). Seul espoir de rompre cet antagonisme, l’amour malheureusement impossible entre Ulysse et Zira...

Un roman passionnant:

L’ histoire commence quand Jynn et Phylis, deux voyageurs de l'espcae récupèrent une
bouteille contenant un manuscrit, qui racontait l’histoire de trois hommes partant à bord d’un vaisseau spatial afin de découvrir d’autres planètes habitables vers un autre système planétaire, celui de l’étoile Bételgeuse, en 2500. A l’approche de celui-ci, le professeur Antelle et ses deux équipiers, son second Arthur Levain et le journaliste Ulysse Mérou, observent à la surface de l’une des planètes des agglomérations, des routes, et d’autres artefacts synonymes de la présence d’une civilisation. Très vite, gagnés par une curiosité bien compréhensible, nos protagonistes vont rencontrer les maîtres de la planète : trois espèces simiesques proches de nos gorilles, orang-outangs et autres chimpanzés, (presque) parfaitemant bipèdes, douées du langage articulé, qui ont pu bâtir une société au sein de laquelle chaque espèce possède ses domaines propres de spécialisation (sciences et techniques pour les chimpanzés, arts de la guerre pour les gorilles, religion, politique et justice pour les orang-outang). Mais une surprise de taille attend nos voyageurs. Les humains sont totalement dominés par ces singes et vivent à l'état sauvage ou réduits à l'esclavage. Ils finiront par découvrir que les humains avaient été autrefois l'espèce dominante, tombée en décadence jusqu'à devenir esclave des singes. Alors ils tentent de s'enfuir, afin de rentrer chez eux, pour avertir leur monde de la menace que représentent les singes...

La planète des singes, rédigé dans une prose assez simple, naïve et un style délesté de superflu, nous fait découvrir un miroir certes naïf de notre société. En effet le regard que jette le lecteur sur la société simiesque décrite par l’auteur pourrait être celui de l’observateur extérieur, curieux et objectif, découvrant notre propre société. Cependant il y a une différence de taille: une espèce dite 'inférieure' domine tout naturellement l'homme. Mais là ne réside pas la principale force de l’histoire. Le comportement des singes eux-mêmes, au travers du dogmatisme de leurs chefs religieux en particulier, gardiens de la foi comme de l’orthodoxie scientifique laisse au lecteur attentif comme un arrière goût de déjà-vu. Le choc du dénouement, quant à lui, ajoute à l’ensemble une touche finale qui achève définitivement tout espoir. Le roman vaut hélas plus de la fable que du roman de science-fiction.

Il est à noter que La planète des singes a connu un immense succès aux Etats-Unis, où le roman a été adapté plusieurs fois au cinéma. La principale adaptation au cinéma jusqu'à nos jours aura lieu en 1968 par Franklin J. Schaffner avec en rôle principal Charlton Heston, adaptation que je préfère d'ailleurs au livre. Mais à part cela il y eut de nombreux téléfilms, séries télé, etc.
Il est à remarquer que pour toutes ces adaptations, aucune ne présente les singes avec un niveau technologique équivalent au notre (ce qui est le cas dans le livre de Pierre Boulle), à l'exception de la scène finale de la version de Tim Burton. Ceci tiendrait au fait que certains producteurs n'auraient pas voulu offenser certaines instances chrétiennes, selon la Bible, Dieu aurait créé l'Homme pour commander aux plantes et aux animaux;l'inverse n'est donc pas possible.


Rapports entre la science et la Science-fiction

Si le monde imaginaire de la SF et les réalités scientifiques sont parfois à cent lieues l’une de l’autre, ces deux univers peuvent aussi s’enrichir l’un l’autre. Ainsi, la SF joue-t-elle pour la science un rôle de prospective, voire de défouloir? Le scientifique, depuis Galilée, n’est pas porté à s’intéresser aux conséquences de ses découvertes. Il offre à l’humanité un outil ; à ceux qui s’en serviront de le faire avec sagesse. Cependant, depuis que la Seconde Guerre mondiale a montré de manière terrifiante les conséquences d’une mauvaise utilisation des progrès scientifiques (bombe nucléaire, extermination industrielle, etc.), la question éthique se pose de plus en plus. La SF, en extrapolant les conséquences possibles de découvertes scientifiques, permet ainsi d’éclairer la conscience de l’humanité.
Un exemple : l’Ascenseur spatial, imaginé par Constantin Tsiolkovski en 1885 et repris dans un roman d’Arthur C. Clarke: Les Fontaines du Paradis.
Isaac Asimov est connu tant comme auteur majeur de SF que comme vulgarisateur scientifique (trous noirs

Que raconte le roman ?


Au premier abord, il peut s'agir d'une bonne histoire de science-fiction, romancée de manière un peu naïve. L'histoire, pour celles et ceux qui n'en auraient pas encore entendu parler, est celle d'une expédition humaine vers un autre système planétaire, celui de l'étoile Bételgeuse. A l'approche de celui-ci, le professeur Antelle et ses deux équipiers, son second Arthur Levain et le journaliste Ulysse Mérou, observent à la surface de l'une des planètes des agglomérations, des routes, ainsi que d'autres artefacts synonymes de la présence d'une civilisation. Très vite, gagnés par une curiosité bien compréhensible, les trois protagonistes vont rencontrer les maîtres de la planète : trois espèces simiesques proches de nos gorilles, orang-outangs et autres chimpanzés, (presque) parfaitemant bipèdes, doués du langage articulé, qui ont pu bâtir une société au sein de laquelle chaque espèce possède ses domaines propres de spécialisation (sciences et techniques pour les chimpanzés, arts de la guerre pour les gorilles, religion, politique et justice pour les orang-outangs). Une autre surprise de taille attend nos voyageurs: sur cette planète, l'espèce humaine existe également... Celle-ci cependant n'est pas très évoluée et représente de beaux trophés potentiels pour les chasseurs, une main d'oeuvre gratuite pour les basses besognes, et un intéressant sujet d'expériences scientifiques dont Ulysse Mérou va faire les frais.
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو http://mouhssine.1fr1.net
 
La planète des singes
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
www.mouhssine.1f1.net :: الأولــــــــــــــــى بــــــــــاك :: 1Bac science expérimental (Français)-
انتقل الى: